ATC 021 Les Westerns Classiques

5 09 12 | ATC

Le Western.
Quand on entends ce mot, on ne peut s’empêcher d’imaginer la Monument Valley, la poussière au crépuscule d’une journée d’enfer, des tumbleweeds (vous savez ces buissons qui roulent? Ben, ça s’appelle ainsi…), un troupeau de bête à cornes, des cowboys à cheval, un banjo devant un feu et un plat de fayot… Un saloon avec une tenancière… au grand cœur, des rues vides dans une ville perdu au fin fond d’un désert… et des indiens… Un décors que la jeune Amérique adore redorer comme une plaque de shérif…
Depuis les treize colonies, l’Ouest à toujours sonné comme une terre promise… Depuis  la fameuse expédition de Lewis et Clarke, à partir de 1804, ces deux officiers chargés d’explorer le Missouri et ses principaux affluents jusqu’au Pacifique les hommes n’ont eut de cesse de vouloir pousser la caravanes des chariots à la colline jusqu’au mur de l’océan.  En 1790, on recensait environ 100 000 Américains à l’ouest des Appalaches. En 1840, ils sont déjà près de 7 millions.
Plusieurs épisodes secouèrent cette jeune nation: 
La guerre d’indépendance du Texas avec le célèbre épisode du Fort Alamo (de Février à Mars 1836) où Davy Crockett et ses compagnons meurt sous les coups des 7000 hommes du général Santa Anna. Affaiblissant assez l’armée mexicaine pour quelque temps plus tard elle cède le Texas. 
La ruée de l’or (Le 24 Janvier 1848 James Marshall découvre de l’or  en Californie) La population augmente de 14 000 en 1842 à 200 000 en 1852. San Francisco est le principal port d’arrivée par voie maritime, et voit débarquer des Asiatiques, des Sud-Américains, des Australiens et des Européens, après de très longs voyages océaniques. En 18 mois, la ville passe de 800 à 20 000 habitants, dont très peu de femmes ou d’enfants. L’Histoire est en marche…
Les guerres indiennes, les massacres ignobles, les défaites légendaires, notamment celles de Little de Big Horn, Le 25 et 26 juin 1876, où les soldats du 7ème régiment de cavalerie sous les ordres du lieutenant-colonel Georges A. Custer périssent face à la coalition des indiens de Crazy Horse, des sioux de Gall et des cheyennes de Lame White Man.
L’histoire du chemin de fer qui bouleversa l’ensemble du jeune peuple américain. Le railroad Pacific Act de 1862 accélère le passage de la voie ferrée transcontinentale du rêve à la réalité. Les lignes ferroviaires existantes, appartenant notamment à lUnion Pacific, ont déjà atteint, depuis l’est, Omaha, dans le Nebraska, environ à mi-chemin de la traversée du continent. À partir de Sacramento, en Californie, une autre compagnie, la Central Pacific, étend sa ligne vers l’est à travers les sierras pour faire la jonction avec celle de l’Union Pacific qui se prolonge vers l’ouest. Les deux se rencontrent finalement dans l’Utah en mai 1869. La durée d’un voyage à travers le pays d’est en ouest est réduite d’environ quatre mois à une semaine avec l’achèvement de cette ligne.
L’épisode du Pony Express et du télégraphe.
La Guerre de Sécession, de 1861 à 1865, qui divisa la nation en deux camps: les États Conférés de Jefferson Davis, les Sudistes, et les États de L’Union d’Abraham Lincoln (Vous savez le chasseur de vampires), les Nordistes. Le général Lee (Comme la voiture), des conférés, remporte de nombreuses victoires mais perd la bataille de Gettysburg (du 1er au 3 Juillet 1863) qui sera un tournant de la guerre face à son futur président d’adversaire: le Général Ulysse Grant.

Toute une Histoire qui inspira des générations de réalisateurs, notamment le premier

Edwin S. Porter:
Le Vol du grand Rapide (1903), le premier western de 11 minutes.

John Ford:
La Chevauché Fantastique avec John Wayne (1939), La Piste de Mohawks (1939), La Poursuite Infernale (1946) avec Henry Fonda, Le Massacre de Fort Apache avec Wayne et Fonda (1948), Le Fils du Désert (1948), encore et toujours Wayne, dit le Duke, La Charge Héroïque (1949) Wayne… Rio Grande (1950) avec devinez… J.W! La Prisonnière du Désert (1956) Wayne et Nathalie Wood, Le Sergent Noir (1960) avec Woody Strode, L’Homme qui Tua Liberty Valance (1962) avec Wayne, James Stewart, Lee Marvin, John Carradine et enfin Les Cheyennes (1964)

Robert Aldrich
Vera Cruz (1954) avec Gary Cooper et Burt Lancaster.

Delmer Daves
La Flèche Brisée (1950) avec James Stewart,  3h10 pour Yuma (1957), La Colline aux Potences (1959) avec Gary Cooper.

Fritz Lang
L’Ange des Maudits (1952) avec Marlène Dietrich.

Howard Hawks
La Rivière Rouge (1948) avec John Wayne (Tient cela faisait longtemps) et Montgomery Clift, La Captive aux yeux clairs (1952) avec Kirk Douglas, Rio Lobos (1970) avec J. Wayne.

Otto Preminger
La Rivière sans Retour (1954) Avec Robert Mitchum et Marilyn Monroe.

Anthony Mann
Les Affameurs (1952) Avec James Stewart, Rock Hudson, L’Appât (1953) avec James Stewart, L’Homme de la Plaine (1955) avec James Stewart décidément… La Ruée vers l’Ouest (1960) avec Glenn Ford.

Sam Peckinpah
La Horde Sauvage (1969)

Arthur Penn
Le Gaucher (1958) avec Paul Newman, La Poursuite Impitoyable (1966) avec Marlon Brando et Jane Fonda.

John Struges
Règlements de Comptes à OK Corral (1957) avec Burt Lancaster et Kirk Douglas.

Raoul Walsh
La Piste des Géants (1930) avec le jeune John Wayne.

John Wayne
Alamo ( 1960) avec John Wayne, lui-même…

Nicholas Ray
Johnny Guitare (1954)

Fred Zinnerman
Le Train sifflera Trois Fois (1952) avec Gary Cooper et Grace Kelly.

L'émission parle de : - - -