ATC 046 Le cinéma de François Truffaut

24 04 13 | ATC

L’un des trois grands de la Nouvelle Vague avec Claude Chabrol « le Beau Serge » (1958),  Jean-Luc Godard A bout de Souffle (1960), François Truffaut dès son premier long métrage « Les 400 coups« (1959) donnait le ton. Avec son personnage Antoine Doinel (Jean-Pierre Léaud) qu’il suivra sur quatre films, et sa façon de filmer une société en mutation, il contribura à un nouveau soufle, une French Touch qui bouleversera le monde cinématographe. Critique, grâce à sa rencontre à Bazin, au Cahier du Cinéma, l’atélier d’écriture de la Nouvelle Vague (Rohmer, Rivette, Godard, Chabrol et biensur Truffaut!), Truffaut lancera un pavé dans la mare du monde du cinéma français tentant à sa manière, moins violente que Godard, d’améliorer la qualité de son Art qu’il aimait tant, tout autant qu’il aimait les femmes…