ATC 130 La Solitude

10 12 14 | ATC

Dans les années 80 le héros était solitaire, quelque peu antisociale, mais dans la bon sens… Cela ne le rongeait d’aucune sorte de vivre en autarcie. C’était le cadre naturel du héros. Il arrive de nulle part, sauve la veuve et son orphelin et file au soleil couchant. Basta. mais au fil des ans la société est devenue anxiogène. La peur de l’autre, de l’avenir, des pandémies, des complots. Et dans ce monde en changement l’homme s’est rendu compte de cette solitude qui l’accompagne. L’évolution des réseaux sociaux, du net, de ce monde qui sans cesse rétrécit contribue curieusement à un enfermement de certaines de ces membres. Là où y a quelques années on pouvait voir un héro sans peur, fier d’être l’élu désormais on s’habitue à des personnage plutôt gauche qui ne savent que faire de leur statut et qui voit leur destin plutôt comme une guigne. Harry Potter est symptomatique de son époque. Héro solitaire quoique entouré. Le héro est autre, il est en dehors du commun… donc soiitaire. CQFD.

La solitude peut  être volontaire comme dans le film de Senn Penn, Into the Wild. le héro veut fuir la société pour vivre une aventure en Alaska. Certain assume leur solitude comme Travis dans le chef d’oeuvre de Martin Scorsese Taxi Driver. De retour du Vietnam, ce personnage ne se retrouve plus dans les artères junkies de New-York. Sa crête est en une belle image. Il vit avec cet isolement, même s’il tente un moment de la briser en tombant amoureux.
La solitude subie est récurrente dans le cinéma. D’abord par des évènements tragique comme avec Tom Hank dans Seul au Monde, Sandra Bullock dans le Gravity d’Alfonso Cuaron ou Will Smith dans Je suis une LégendeL’Odyssée de Pi, All is Lost (Robert Redford aussi face à la mer), 127 Heures… Premièrement c’est un sacré défi pour un comédien que de tenir à lui seul l’histoire et l’écran et deuxième c’est l’homme face à son Destin, face au monde. Si Gravity à marqué de son empreinte 2014, l’Interstellar de Nolan aura donné a cette fin d’année (En attendant le Hobbit, autre personnage solitaire…) une saveur dantesque. Le père, seul à pouvoir sauver un monde à l’agonie. Un homme face à l’une des forces les plus destructrice de l’univers: un trou noir.
Certains réalisateurs ont fait de le solitude leur fond de commerce David Lynch (Une Histoire Vraie, Elephant Man, Dune…) ainsi que Clint Eastwood (Les Inspecteurs Harry, Sur la Route de Madison, Le Maître de Guerre, Un Monde Parfait, Gran Torino…)
Le film Her est une belle interrogation sur le sens de la solitude dans un monde qui donne la primeur des réseaux sociaux plutôt qu’aux coeurs qui battent près de chez nous.
Les Biopics sont aussi de beaux instant de Solitude avec cette finalité que le personnage centrale est une star.
Cloclo, Jersey Boys (de Clint Eastwood), Yves Saint Laurent, Get on Up (Sur James Brown), Lincoln, Aviator, Raging Bull

Liste à voir: There will be Blood, Nymphomaniac, Moon, Solaris, Shame, La Chasse, Paris,Texas, Winter Sleep, Inside Llewyn Davis, Holy Motors, Le Tombeau des Lucioles, Wall-E

Morceaux Choisit
Society d’Eddie Vender tiré de la BO d’Into the Wild.
La Solitude de Barbara
Lonely Day de System of Down