On n’est pas bien là, décontractés : De l’alchimie mésestimée de la cuisine

15 03 18 | On Est Pas Bien Là, Décontractés...

Edito « Texte »

d’ONPBLD 28,

Gastronomie et alchimie.

Alors, voilà :
ce soir,
pour ce qui me concerne,
en fouillant
dans les limbes
de ma mémoire
fragmentée,
telle un puzzle,
je m’en « vas »
vous conter
comment
je suis tombé,
et, pas rasé,
comme il se doit,
dans ce drôle
de chaudron,
drôle de « meltin’pot »,
comme diraient
nos amis américains,
et,
donc,
tombé,
comme du ciel,

.
(@)→
.
Tombé du ciel / Jacques Higelin
.
.

…/…

ou,
tel Cyrano,
dans cette
scène célèbre,
désormais,
grâce à ce cher
Gégé,
je veux parler, là,
de Gérard Depardieu
.
(@)→
.
Scène, audio,de Cyrano tombé de la lune… )
.
.

…/…

Gégé…
A ne pas confondre avec
ce cher Gégé,
personnage, ô combien Diois
et son adorable chien ,
je veux parler, là,
de Boule de Neige…
Mais cela
est une autre histoire !

Pour revenir
à nos fourneaux
nous parlerons
cuisine,
ce soir,
donc,
de cuisine,
de son alchimie,
de flammes,
de braise,
de cendres,
de l’évocation,
entr’autres,
de ces plaisirs
qu’enfants,
lorsque « nous jouions aux cabanes »,
à les faire, d’abord,
et puis,
ensuite,
à nous inviter
mutuellement,
autour
du
« sacro-saint » foyer
fait de
quatre pierres
bien choisies.
Pour cuire
d’une broche confectionnée
d’une branche
en genièvre
pour faire rôtir
un poulet
que nous avions
attrapé, et volé,
à un Harki, Amar,
( et dont la fille était charmante )
lequel avait un restaurant, inattendu,
en haut de la colline,
au milieu de maisons,
grottes
par le fond,
et murées
par la façade.
Pour revenir
à ce succulent poulet
cuit à la « broche-genièvrée »,
nous l’avions piégé
dans une des cavernes
de ce village troglodyte
insolite qui fait partie
du biotope
environnemental
de mes souvenirs d’enfances,
le village abandonné, désormais, de Barry.
Tout cela se passe chez moi,
dans le Sud,
non loin de
Suze
la Rousse.

Alors,
à propos de Rousse,
nous invitions,
évidemment,
dans nos « cabanes d’enfants »,
les filles
dont
nous étions
amoureux,
secrètement.

.
(@)→
.
Sous les jupes des filles / Alain Souchon
.
.

…/…

Mais,
revenons, pour conclure,
à l’Art de la cuisine,
cette alchimie
subtile
et sensuelle,
faisant appel
à la fois
à toute
cette liste
non exhaustive
qui suit :
le goût,
évidemment,
mais, aussi,
l’odorat,
l’écoute
de la transformation
de la matière vivante,
ce monde qui palpite
silencieusement,
mais, aussi,
de l’observation,
de la curiosité,
de l’imagination,
de l’audace,
de la témérité, même, parfois,
et, encore,
de la jubilation,
et,
très important,
de l’humeur,
du caprice du moment,
ne jamais oublier
ce droit au caprice,
un des derniers remparts
de nos souverainetés de citoyens libres
risquant de se racornir
dans ce monde lisse,
convenu,
bourré d’éléments de langage
dans la communication,
sonnant creux
dans maints propos foireux, jargonneux,
bref,
dans notre monde ennuyeux
confinant aux frontières de la morisité
et de la nausée…
Bref…
Et,
pour en finir
avec cet art de la cuisine,
notre propos de ce soir,
nous évoquerons
les diverses esthétiques
pour cette forme d’art
éphémère
vouée,
par sa nature,
à une destruction annoncée,
noble de par sa déconstruction
si elle est bien amenée,
conduite, accompagnée
dans son désordre moléculaire
pour sa nouvelle « ordonation »
pouvant sublimer
cette matière vivante sacrifiée.

Pour cela
la cérémonie du repas,
la cène,
avec un C. comme…
Non !
Tu ne vas pas nous passer ça…
Ssiiiiiii !

Ah, ah, ah ( Rire de concert des 2 narrateurs… )

.
(@)→
.
Célimène / David Martial ( 1976 )
.
.

…/…
On revient sur Cène :
pour partager
l’objet
de vos travaux
aux fourneau,
enfin, au foyer,
il vous faudra
inviter
douze convives,
par exemple,
triés sur le volet,
ça va de soi…
Et,
vous serez, ainsi,
le treizième…
Nooonnn !
Ssiiiiii !
Aahhh ! Là, un chat…noir !

.
(@)→
.
Extrait du film
Le chat,
avec
Simone Signoret
et
Jean Gabin

.
.

…/…

Bon,
le terme de ce survol
un peu surréaliste,
convenons-en,
se rapproche.
Nous conclurons
par deux documents
sur l’objet de notre propos :
Nous vous lirons un extrait d’une biographie de Colette, l’écrivaine, par Philippe Phelps
qui assemblé des textes de Colette, elle-même,
dans un « montage »
comme nous le faisons à la radio,
enfin un assemblage
dirait-on
dans le monde des vinificateurs.
Colette nous raconte
comment elle voit, elle,
la gastronomie.

.
(@)→
.
Lecture
par Saru Dub
et
Doc MacMurphy
de c
et extrait
de littérature.
.
.
…./…
Et nous joignons,
ici une création radiophonique
que Saru Dub
a réalisée
à partir de l’enregistrement
chez moi,
à Saint Julien en Quint,,
ça dâte !
c’était il y a cinq ans !
Ils étaient venus à deux
avec Lee Lee
que nous saluons au passage,
pour amorcer
avec ce matériau,
une Emission de Radio,
par moi,
sur la Gastronomie.
Enregistrement en « live »
de la recette,
puis du repas,
son prolongement naturel
que nous avions partagé
tous les trois.
Or,
il se trouve
que pour des raisons personnelles,
je n’avais pas « embarqué »
à réaliser et à assurer le suivi régulier
de la production d’une émission de Radio.
( C’est très chronophage, au début…
Enfin : c’est mon expérience,
et mon témoignage
à travers celle-ci… )
Quatre ans plus tard,
en Juin dernier,
je croise Saru Dub en ville,
nous parlons de choses et d’autres,
et il me confie
avoir réalisé une création radiophonique
à partir de l’enregistrement de cette recette.
Cela m’a touché…
ou flatté mon égo, allez savoir,
ch’suis pas Freuillede… ; ));-):-) )

Et, c’est une des raisons,
entre autres ,
qui font
que je suis tombé, depuis,
dans le chaudron
de cette belle et folle aventure
qu’est notre chère
Radillo Diois, ( RDWA. Fr ) ,
Voici le document :

…/… ( à suivre, pour la saisie texte…;-) )

.
(@]→
.
.

L'émission parle de : - -