Pop en Stock 16, l’heure est grave (12) : L’engagement

10 06 11 | Pop En Stock

Aujourd’hui encore vais je continuer à sociologiser de plus belle sur une des facettes de la pop musiK, Celle empruntée par un certain nombre d’artistes choqués, indignés pour reprendre ce mot à la mode devant les injustices flagrantes et l’absurdité du monde les environnant. Ce combat qui a pu prendre diverses formes et enfourché des causes diverses n’a cependant concerné qu’un petit nombre d’artistes. Soit par pudeur, soi par volonté de rester léger, soit parce que ce n’était pas leur tasse de thé, soit à cause de leur immersion sans recul dans le vase clos musical, beaucoup de groupes et artistes n’ont jamais investi leur énergie pour défendre des grandes causes. Et ca ne dérange pas bien au contraire, quoi de plus énervant que des semi pointures du rock comme bob Geldof ou pire encore les enfoirés faire des galas dégoulinants de sensiblerie au profit de la meilleure cause possible. Le rock humanitaire, j’y crois pas plus que ça. Par contre, il existe quand même des voix qui s’élèvent, fortes et vibrantes d’humanité pour dénoncer les maux qui nous affectent tous et qui par leur charisme permet de faire bouger les choses. Que grâce leur soit rendue. Il existe encore des êtres humains ! Et c’est à certain nombre d’entre eux que cette émission va rendre hommage.

Playlist :

Strange Fruit par Billie Holliday, Fine and Mellow (1939)
Coopération par Colettte Magny, Mélocoton (1965)
Heure grave par Colettte Magny, Mélocoton (1965)
Masters of War par Bob Dylan, The Freewheelin’ Bob Dylan (1963)
The Revolution Will Not Be Televised par Gil Scott Héron, Pieces Of A Man (1971
The Guns Of Brixton par The Clash, London Calling (1979)
Sonny’s Lettah par Linton Kwesi Johnson, Forces of Victory (1979)
The Answer par Garland Jeffreys, Don’t call me Buckwheat (1991)
                                                                        –