Pop en Stock 17, l’heure est grave (13) : La Depression

17 06 11 | Pop En Stock

aujourd’hui, toujours oppressé par ce que certains appellent le syndrome du Titanic affectant Notre monde ignorant volontairement qu’il  va droit au mur et après avoir essayé successivement, un certain nombre de solutions pour passer à travers ce malaise comme le divertissement, l’évasion psychédélique, , le divertissement, le mysticisme, ou l’engagement politique, apparemment sans succès.  le désarroi point de plus belle laissant place à une grisaille quotidienne : la dépression qui s’installe n’épargne surtout pas les artistes bien au contraire. J’ai collectionné quelques unes des chansons les plus tristes que je connaisse. Bien que la dépression ne soit pas à proprement parler une expérience agréable, elle est quand même riche d’enseignements pour celui qui sait la regarder en face et se donne les moyens d’en sortir. Quand on déprime, on n’est pas encore mort sauf si on le veut bien. Donc n’ayez pas peur de ces 7 chansons dépressogènes qui sont par ailleurs énormissimes.

Playlist :

I Got Nothin’ par Iggy Pop & James Williamson, Kill City (1976)
So Alone par Johnny Thunders, Live at the Lyceum (1984)
Love Enchanted par Daniel Johnston, Fear Yourself (2003)
Made par Greg Weeks, Awake Like Sleep (2001)
The Night par Morphine, The Night (2000)
Chemicals par Mudflow, A Life on Standby (2004)

Chemicals (Les Substances Chimiques) Par MudFlow

Encore une soirée où les gens dansent tous seuls
Tout le monde essaie de s’amuser un peu
La lumière des néons pèse (1) autour de ma tête
Je perçois le sens de mon « moi »
Après ce sublime éclat de paix intérieur
Juste un petit point perdu dans l’univers
Qui fait trembler mes genoux
Tu m’excites, oh mon… ! J’ai toujours un corps !

Je viens pour voir le monde de l’intérieur
Là où je ne sentirai pas la brise
Mais il y a une chose en laquelle je ne crois pas
Et c’est toi…
Car j’ai l’impression de n’être rien, dans ce monde

Peut être que…
Les substances chimiques
Perdent…
Peut être que
Les substances chimiques
Te perdent.

Quelque part dans ma tête, il y a une petite fissure
La trace douloureuse de ce que j’aie pu faire avant que tu ne m’approches
J’obtiens un regret étrange
Les rôles sont inversés
Nous allons tous brûler
Je ne respire pas d’air
Et tout le monde est là pour moi

Si seulement je pouvais voir, s’il te plait, laisse moi voir encore une fois
Quand les ennuis viennent, je sais avec certitude
D’après l’éloignement dans ton oeil
Que je devrais être de ton côté
Mais tu es froide, froide comme la mort
J’ai ouvert la porte
Cette fois
Laisse nous briller