Pop en stock 8, l’heure est grave (4) : La surenchère

15 04 11 | Pop En Stock

Aujourd’hui je continuer à explorer le rock sous l’angle quasi sociologique de réponse à un stress ambiant. Toujours sous le coup d’une forte émotion suite aux turbulences planétaires, la dernière session abordait la musique comme un divertissement léger qui survolait à peine le problème tout en offrant un dérivatif bienvenu. Cette fois-çi, sombrant délibérément dans la noirceur et la violence environnante, le rock s’offre en pâture cathartique pour purifier en un rituel sanglant la folie du monde au péril de la santé mentale des artistes et de leurs fans. Il y a la un mécanisme de surenchère qui soit conduit à l’hystérie soit permet de relativiser bien des choses. A consommer avec plus ou moins de modération, selon

PlayList :

I Got A Right par Iggy & he Stooges, Inédit (1973)
Babylon’s burning par The Ruts, The Crack (1979)
Holiday In Cambodia par The Dead Kennedys, Fresh Fruit for Rotting Vegetables (1980)
New Center Of The Universe par The Saints, Eternally Yours (1978)
Reggae Reggae par The Real Kids, The Real Kids (1977)
Miss lucifer par Primal Scream, Evil Heat (2002)
I Do This Everyday par The Crystal Fighters, Star of Love (2010)
Bk Rk par Kaapad, Tangram (2007)