Brasil’Occitania

24.05.22 | BalueêÊ

Il existe un syncrétisme culturel entre le sud de la France, l’Occitanie, le Maghreb et le Nord-Est du Brésil. Un de ses représentants le plus emblématique est sans doute Silveirio Pessoa.

On peut voir les fruits de cette relation qui dure depuis plus de 20 ans dans sa discographie et ses tournées en Europe. Dans l’émission BalueêÊ, Silveirio fait même mention à l’album ForrOccitània réalisé avec la Talvera. Cet album est un bon exemple d’une des nombreuses collaborations entre des groupes du sud de la France et le nord-est du Brésil.

Il donne suite aux métissages culturels chez lui, à Pernambouco, en ajoutant le rap, la funk et d’autres styles plus contemporains à la musique traditionnelle.
Professeur à l’université Catholique de Pernambouco, à Recife, c’est dans les Midi-Pyrénées que Silveirio Pessoa est venu étudier les relations entre la religiosité et les fêtes populaires.

 

Né à Salvador de Bahia en 1981, Gabriel Marques commence la musique très tôt et se spécialise dans le jeu de la guitare 7 cordes.
Elevé dans les cercles traditionnels du Samba et du Choro, il étudie par la suite la guitare électrique et l’improvisation, plongeant dans l’univers du Jazz.
Dès 2007 il développe une carrière internationale accompagnant la fine fleur du Samba et de la musique instrumentale brésilienne : Yamandú Costa, Ceumar, Guinga, ou bien encore Riachão.

Installé dans la Drôme depuis 2016, il intègre le collectif parisien Roda do Cavaco et multiplie les projets artistiques en tant qu’instrumentiste, compositeur et arrangeur.

Gabriel Marques est membre du Conjunto Regional, il jouera lors du Bal Brasil Popular du 4 juin au soir. On le retrouvera aussi pendant la journée pour animer les stages de guitare 7 cordes autour du samba et du choro.

 

Baptiste aka Saru est l’un des fondateurs de la radio associative locale RDWA. Diplômé d’état en éducation spécialisée, le lien social et l’éducation populaire sont à la base de sa motivation pour le projet.

Saru est salarié de RDWA depuis 10 ans, en charge de la programmation, du site Internet, de la formation technique et de la production de reportages, d’interviews, de portraits, d’ateliers d’éducation au média, de captation de concerts ou de couverture d’évènements.

Il est également programmateur du Psychobydub Festival et participe aussi à l’émission punk irrévérencieuse Coton_Tige.
C’est en tant qu’acteur, programmateur de la vie locale du Diois qu’on l’a rencontré « chez lui » dans le studio d’RDWA.
La naissance de BalueêÊ et de beaucoup d’autres programmes repose sur son attention et sa motivation.

 

Richard Posselt est pianiste et accordéoniste, il accompagne de nombreux projets et artistes sur scène comme en studio. Il aborde divers styles musicaux au gré de ses rencontres et collaborations. Depuis quelques années il se spécialise dans les musiques brésiliennes, le forro d’abord, puis le choro.

C’est justement ces connaissances qu’il a acquéri à Rio de Janeiro avec quelques-uns des meilleurs représentants actuels du style : Bebe Kramer, Hamilton de Holanda, Luis Barcelos, Eduardo Neves, Rogério Caetano, Luciano Maia, Marcelo Caldi… qu’il va présenter dans le stage de choro et samba qu’il anime le 4 juin au Bal Brasil Popular.

Enseignant à Jazz Action Valence, il anime également depuis plusieurs années des stages avec les Laborieux Du Dépliant, association dont il est le fondateur.
Membre du Conjunto Regional, on aura le plaisir de voir Richard Posselt sur scène lors du bal du samedi soir.