L’écoute alléchée #5 : onanisme en solo ou duo

10 11 20 | L'écoute alléchée

Pour expliquer brièvement le cours de l’Histoire dont nous avons eu l’héritage, aux 16e et 17e siècles, la masturbation n’était pas interdite, y a même des illustrations, des peintures qui mettent en évidence des corps nus avec des mains qui se touchent le sexe et elles concernent, étonnamment, plutôt les femmes. Le tabou se trouve alors autour de l’acte masculin car à l’époque, « on ne pouvait pas montrer un sexe en érection, et encore moins branlé ».

C’est en 1677, avec la découverte du spermatozoïde, qu’on appelait d’ailleurs pas spermatozoïde mais « animalcule »… parce qu’il était perçu comme un petit animal… c’est donc là que débute véritablement la répression envers la masturbation.

Philippe Brenot écrit, et je cite : « Au même titre qu’aujourd’hui la contraception, toute méthode de dérivation du sperme en dehors des voies naturelles sera violemment condamnée par la morale chrétienne, le rapport fécondant étant alors le seul licite aux yeux de l’Église ».

Y a comme une « angoisse de la mort », de meurtre de l’humanité ou menace de fin du monde.

Pour preuve, un pasteur bien nommé Membrini, écrit en 1758: L’Onanisme. Onanisme qui fait référence au pêché d’Onan, dont curcuma nous a parlé juste avant…

Et dans cet ouvrage intitulé « l’onanisme », il a écrit: « Perdre ses germes ou les déplacer c’est en supprimer la destination, c’est violer la loi de la nature, la loi de Dieu… c’est ne faire rien moins que d’anéantir le système de la création ».
En plus, la religion n’est pas la seule à partir en croisade contre la masturbation car le milieu médical la prend lui aussi en grippe. Donc toujours en 1758 quelques médecins assurent que la masturbation engendre de graves maladies.

Bref, pour revenir au 18è siècle, si la morale médicalo-chrétienne reproche à l’homme de gaspiller son sperme en se masturbant, elle s’effraie également à la vue du clitoris et de ses ressemblances avec le pénis… il existera alors tout un discours qui débouche sur le mythe de la femme phallique, qui serait l’égale de l’homme et indépendante… ce qui ne plaît évidemment pas à la société patriarcale et misogyne de l’époque.

Au début du 20è siècle, c’est au tour de Freud de livrer bataille contre le clitoris. Le psychanalyste voit dans la masturbation clitoridienne un acte infantile, « une activité masculine », et assure que… je cite : « l’élimination de la sexualité clitoridienne est une condition du développement de la féminité ». Ouais… merci ! Merci à lui et bien d’autres d’avoir introduit un beau tabou et d’avoir fait en sorte que les personnes à vulves soient très gênées en ce qui concerne leur rapport à leur sexe.

Finalement, ce qui apparaît encore de nos jours, c’est que comme la masturbation relève de l’intime, il faudrait donc taire son existence et faire comme si ça n’avait pas lieu d’être… mais le paradoxe c’est qu’il faut en dire un mot car sinon les gens ne savent pas quoi en penser et se sentent coupables (qu’on se masturbe trop ou pas du tout d’ailleurs!).

En tout cas, ce que je remarque, en 2020, c’est qu’au vu des centaines de vidéos visionnables sur youtube concernant le sujet, la masturbation fait parler d’elle car on se rend compte qu’elle participe à notre équilibre, et qu’il y a plus de sympathisants de la masturbation, et surtout, de gens qui vous apprennent comment bien s’y prendre, que de détracteurs (pour ce qui est des détracteurs, on vous parlera du mouvement NOFAP un peu plus tard…).

Il existe même des sites et applis qui enseignent des techniques de masturbation. Ceux et celles ci sont plutôt tournées vers la pratique de la masturbation féminine et peuvent même rendre l’exercice très virtuellement vivant en faisant réagir une vulve en gros plan sur un écran tactile. Si ça vous dit d’essayer, ça se passe, par exemple, sur le site de OMGYes, qui signifie Oh my god, yes, que vous pourrez trouver au www.omgyes.com. Pour info, l’accès est payant. Selon les retours des internautes sur cette appli et un article issu de Chatelaine en 2018, le verdict est que tout est bien fait, simple, clair, pédagogique et efficace.

Bienvenue dans l’écoute alléchée… l’écoute à lécher…!

Liens:

https://www.stopfap.org/

https://www.stopfap.org/forum/1-blabla/1129-bilan-dabstinence-de-nuance

www.omgyes.com

https://fr.chatelaine.com/sante/on-a-teste-des-ateliers-de-masturbation-pratiques/

https://www.lesinrocks.com/2013/09/01/sexe/actualite/masturbation-toujours-taboue/

https://www.arteradio.com/son/61661608/sexualite_des_femmes_la_revolution_du_plaisir_18

Musiques:

La chanson de la masturbation

Elisa Tovati – 5 minutes pour moi

Jad Wio – l’abus de soi

Entre les draps – Onanisme

Pink – Fingers

Camille – Pleasure

Extraits sonores:

Spectacle de Kyan Khojandi, « Pulsions »

Livres:

Nouvel éloge de la masturbation, Philippe Brenot

Jouissance Club, Jüne Pla